Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 07:06

Après une carrière de consultant qui débute en 1958, Nicolas Hayek a été appelé au chevet de l'industrie horlogère suisse en 1983. Grâce notamment à un concept extrêmement innovant (montres ultra plates et composées de 50 pièces au lieu de 150), il a transformé cette industrie en développant en Suisse et en Europe, la production de montres d'entrée de gamme, les swatch, alors que cette industrie dépérissait en étant présente quasi uniquement dans le haut de gamme. Le groupe Swatch est maintenant un empire de 19 marques, 150 usines, 20 000 employés et de ventes de 4,5 milliards €.

 

 

Nicolas Hayek est décédé à quatre-vingt deux ans, le 28 juin 2010 d'un arrêt cardiaque, dans son bureau au siège de Swatch, à Bienne près de Berne. Il était encore en pleine activité, président du Groupe, dirigeant notamment la marque Breguet (le super haut de gamme de Swatch), intervenant fréquemment dans des congrès et conférences, comme à la Cité de la réussite en avril 2010. Selon lui, ainsi qu'il l'a récemment déclaré aux Echos, « un entrepreneur, c'est quelqu'un qui sait que vous et moi, nous sommes nés avec énormément de fantaisie, qu'on a cru aux contes de fées. Puis c'est la famille, l'école, l'armée pour les hommes, l'université, l'administration ou l'entreprise, bref toute une série d'institutions qui ont, petit à petit, tué cette fantaisie originelle qui était en nous. C'est cela qu'il faut retrouver. Pour moi, un entrepreneur, c'est un artiste. Il crée des choses - des produits, de nouvelles richesses et des places de travail, il surmonte les obstacles. C'est cela qui le motive. Il n'est pas intéressé par l'obtention d'un grand revenu immédiat. C'est quelqu'un qui admire la beauté et la culture, qui motive, qui refuse la domination de la finance sur l'industrie, qui passe très vite de la théorie à la pratique, à la réalisation. »

 

 

On pourrait s'interroger sur l'avenir du groupe Swatch, après la disparition de son fondateur, qui en était encore semble-t-il l'âme et l'animateur. Pourtant, curieusement, il n'y a eu aucune question dans les médias, suite à l'annonce de son décès. A minima, il est évident que la communication du Groupe a été parfaitement orchestrée et contrôlée. En fait, Nicolas Hayek a très probablement su transmettre ses valeurs à ses enfants et a préparé de longue date sa succession. Son fils Nick, après un parcours au sein du Groupe, en est devenu directeur général en 2003. Sa fille Nayla, vice-présidente, a été nommée présidente du Groupe, deux jours après le décès de son père. Le petit fils Marc-Alexandre a déjà réussi à relancer la marque haut de gamme Blancpain.


 

Nous suivrons avec attention comment Swatch évoluera avec la nouvelle équipe à sa tête. Les ingrédients sont apparemment en place pour assurer la continuité dans l'innovation et la poursuite du développement. Espérons que Swatch restera une affaire dirigée par une « famille d'artistes-entrepreneurs plutôt fous » comme l'a déclaré récemment Nicolas Hayek. C'est la marque de sa réussite.


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires