Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 16:58

(*) D'après Juvénal, poète romain satyrique "panem et circenses"

Le stade Jean Bouin est un haut-lieu du sport où de très nombreux athlètes se sont entraînés, où Jules Ladoumègue a battu plusieurs records du monde, où, en 1985, à 22 ans, Sergueï Bubka a franchi pour la première fois les six mètres au saut à la perche.
 

Plus de 3000 sportifs membres de Paris Jean-Bouin y pratiquent leur sport favori, de l'athlétisme au tennis, du hockey sur gazon à l'escrime et bien d'autres encore et 6 établissements scolaires publics soit environ 2.700 élèves par semaine bénéficient de ses installations.
 

La mairie de Paris a pour projet de remplacer l'essentiel de ces installations par un stade dédié au sport-spectacle avec 20 000 personnes assises (plus les usagers de la TV) regardant 30 joueurs professionnels se disputer un ballon ovale. Il s'agit bien là de développer les « jeux de cirque » pour une population dont il est reconnu qu'elle est affectée d'un manque d'activité physique. On va pénaliser plus de 5 000 franciliens pour lesquels la pratique régulière d'un sport est en quelque sorte un « pain » essentiel au profit du spectacle, des paillettes et du plaisir. Ce projet est une véritable atteinte à la santé publique.
 

Ce projet a pour but de plaire à Monsieur Max Guazzini, président du Stade Français et ami de longue date de Monsieur Bertrand Delanoé, maire de Paris. Le Stade Charléty modernisé à grands frais par la Mairie de Paris il y a quelques années et sous-utilisé pour les compétitions (2 meetings d'athlétisme par an) ne peut convenir, parait-il, car soit ses vestiaires ne sont pas adéquats soit il y a trop de vent latéral. C'est aussi parce que les bureaux du Stade Français sont trop loin …
 

Le Stade de France qui n'a toujours pas d'équipe résidente dix ans après sa construction et dont le déficit est comblé avec l'argent des contribuables, ne convient pas non plus. Pourtant il a été démontré que, pour les grandes occasions tels que les rencontres Stade Français - Toulouse, ses 80 000 places étaient nécessaires. Alors un nouveau stade Jean Bouin de 20 000 places sera souvent insuffisant comme l'est le stade actuel de 10 000 places ; ce que la Mairie de Paris aura offert à M. Guazzini ne lui conviendra pas et il continuera d'aller au Stade de France si cela lui plait.

 

Le Parc des Princes également sous-utilisé par le PSG (un match tous les 10 jours en haute saison) pourrait être facilement converti alternativement pour le rugby et le foot-ball. Ce stade étant lui aussi détenu par la Ville de Paris, on ne voit pas ce qui empêcherait cette dernière d'imposer cette solution au concessionaire actuel.

 

La solution de remplacement des installations supprimées (stade de hockey, piste et aires d'athlétisme, vestiaires, tennis, ...) est de transformer l'aire centrale du champ de course d'Auteuil : non contente de considérer cette partie inviolée du Bois de Boulogne comme disponible alors qu'il s'agit d'un espace vert protégé qui fait tant défaut à Paris, la Mairie veut faire croire qu'il s'agira d'installations équivalentes. C'est de la désinformation flagrante : il ne pourra y avoir de compétition sur ces terrains (pas de tribunes), elles seront indisponibles lors des courses de chevaux soit 45 jours par an et elles ne pourront être utilisées le soir faute d'éclairage.

Les dégâts collatéraux seront non moins nombreux : nuisances supplémentaires dans un quartier déjà surchargé (Parc des Princes, Roland Garros) avec notamment une desserte insuffisante par transports en commun et une pénurie de places de parking, défiguration d'un quartier des années 1930 comprenant notamment la maison de Le Corbusier candidate à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO, destruction de 65 arbres centenaires.
 

La Mairie de Paris compte consacrer à ce projet plus de 150 millions d'euros en fonds propres, c'est-à-dire directement payés par nos impôts !
 

 Il faut stopper de toutes forces ce projet scandaleux fruit du clientélisme de nos politiciens, faisant un très mauvais usage de l'argent public et injurieux pour tous les franciliens attachés à la pratique régulière d'un sport.

 

 

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Points de vue
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 17:19

Le plus étrange dans le chahut médiatique orchestré actuellement sur l'établissement d'une taxe carbone, est qu'il existe depuis longtemps une taxe carbone en France : elle s'appelle la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers). Bien sûr, elle a une application limitée mais son effet structurant sur le long terme a conduit les constructeurs automobiles à concevoir des voitures consommant moins de carburant. La comparaison avec les Etats-Unis est absolument évidente : là-bas un carburant bon marché a conduit les constructeurs à négliger la facteur consommation dans la conception des véhicules.

On notera au passage qu'il n'a jamais été question de moduler la TIPP en fonction des revenus des consommateurs de carburant.

La Suède a mis en place une taxe carbone depuis de nombreuses années. Cela n'a pas rendu l'économie suédoise moins compétitive, bien au contraire. De même, la TIPP n'a pas empêché l'industrie automobile française de poursuivre son développement et de rester compétitive. En revanche, l'industrie automobile américaine est en pleine banqueroute, pour n'avoir pas su s'adapter à un monde où l'énergie n'est plus tout à fait bon marché.

La mise en place de la taxe carbone n'est-elle pas une chance à saisir pour changer les comportements et faciliter une évolution vertueuse vers moins de consommation d'énergie ?

Afin de modifier durablement les comportements, il convient de déterminer un montant suffisamment élevé tel que les 32€ par tonne de CO2 évoqués actuellement. Nos politiciens font en ce moment  assaut de démagogie en affichant leur crainte que ce montant élevé n'affecte le pouvoir d'achat des plus pauvres. Mais il importe dans un souci d'efficacité que la taxe puisse affecter les comportements de tous, consommateurs, entreprises et administrations. En parallèle, l'Etat pourrait élargir les aides qui existent déjà afin de permettre à tous d'améliorer leur habitat, et de remplacer les équipements énergivores par d'autres ayant une meilleure efficacité énergétique. Si nécessaire, ces aides pourraient être plus importantes pour les acteurs ayant les revenus les plus faibles. Ces aides vertueuses contriburaient elles aussi à réduire le montant de la taxe à payer par ceux qui les recevraient. Ce qui en définitive est bien l'objectif de cette taxe.
Repost 0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 23:24

Ingrédients :

  • 2,5 litres d'eau
  • 2,5 kg de fruits d'églantier bien rouges 
  • 1 bon kilo de sucre
  • jus d'un citron

Préparation :

Equeuter et ébarber les fruits. Faire bouillir l'eau, y jeter les fruits et les laisser cuire 20 à 40 minutes (jusqu'à ce qu'elle s'écrase facilement). Mixer au mixeur plongeur, passer la purée obtenue au chinois, presser avec le dos d'une louche pour en extraire le maximum de jus. Faire cuire le jus obtenu avec le sucre, tournez continuellement car la purée attache facilement. Laissez mijoter 15 minutes environ, dès que la consistance obtenue vous paraît correcte, mettre en pots. 

Vous pouvez ajouter le jus d'un citron pour éviter que la pulpe de fruits ne s'oxyde. 

Il est recommandé en début de cuisson de goûter la confiture, si elle ne vous paraît pas assez sucrée, rajouter du sucre.  

 

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans En Ubaye
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 23:06

Meilleure période pour la récolte des fruits, fin octobre après les premières gelées.

Préparation 1 h – cuisson 1 h 1/4

Ingrédients  pour 6 pots : 2 kg de fruits, 2 kg de sucre cristallisé environ, 1 l de vin blanc sec.

La préparation de cette confiture se déroule en deux opérations séparées par une période de macération d’une semaine.

1ère opération :

●   Retirer les tiges et les capsules noires de chaque baie puis les fendre en deux sur leur hauteur. Les mettre telles dans une terrine en faïence ou un verre opaque. Verser dessus le vin blanc qui doit les recouvrir. Entreposer la terrine au frais pendant 6 ou 7 jours ; remuer quotidiennement avec une grande cuillère en bois.

2ème opération :

●   Verser les baies et le vin blanc dans une bassine à confiture, mettre sur feu doux et laisser cuire pendant 1 heure. On obtient une purée ; la passer au tamis qui ne laissera couler que la pulpe.

Peser cette pulpe, et lui ajouter son poids en sucre. Remettre sur le feu, remuer, faire reprendre l’ébullition et toujours en remuant, continuer la cuisson pendant une dizaine de minutes. Ecumer.

Mettre en pot.

 

 

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans En Ubaye
commenter cet article