Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 18:24

En cette période estivale, la SNCF fait parler d'elle, pas seulement par l'affluence attendue dans ses trains mais aussi par le dramatique accident survenu le 12 juillet dans la gare de Brétigny sur Orge. Les enquêteurs n'avaient pas encore commencé leur travail que certains officiels et politiques ont déjà cru bon d'éliminer immédiatement certaines causes comme la malveillance. Ce qui semble très imprudent à ce stade et leur fait perdre toute crédibilité.

 

Il se trouve que, le même soir, j'ai eu la chance de pouvoir prendre à Austerlitz, le train de nuit « Intercités » pour les Alpes du Sud, un des seuls à partir de cette gare ce soir-là, après l'accident de Brétigny. Il y a plusieurs années que je n'avais pas pris ce train, qui est de loin le plus pratique avec sa correspondance à Gap pour arriver en début de matinée à Barcelonnette par le car de la compagnie régionale sur-subventionnée, la SCAL.

 

Première remarque : ce train partait autrefois vers 22h, maintenant c'est 20h, toujours avec une arrivée à Gap à 7h ; 2 heures de plus pour un trajet identique ! En fait, il ne roule pas moins vite mais s'arrête pendant plus d'une heure à Dijon, puis à Lyon et à Valence, sans doute pour laisser passer les rames de frêt à qui est donnée la priorité la nuit sur la ligne classique. Ces arrêts prolongés ont naturellement le don de vous réveiller pendant de longues minutes.

 

Deuxième remarque : le train était nettement plus court qu'autrefois avec seulement 6 ou 7 wagons. N'ayant eu aucune difficulté pour réserver ma place le jour même, jour qui devrait normalement être celui d'un grand départ en vacances, j'ai constaté en plus que mon wagon était loin d'être plein : décidément l'affluence attendue n'était pas au rendez-vous et la SNCF le savait puisqu'elle avait raccourci son train !

 

Troisième remarque : j'ai commis l'erreur de prendre un siège « inclinable à 45º ». Le prix est attrayant, comparé à la couchette, avec une remise de 25%. Malheureusement, ce type de siège est d'un inconfort total et je me demande bien qui peut arriver à y dormir. En fait, seul le dossier s'incline et la partie basse sur laquelle on est assis, reste horizontale et étant parfaitement plate, on n'est calé nulle part et l'inclinaison du dossier vous fait glisser vers l'avant. Si il n'y a pas de voisin, on peut essayer de se mettre en « chien de fusil » mais ce n'est pas idéal ! Sinon d'autres passagers se calent en posant leurs chevilles sur le haut du dossier du voisin de devant. Si l'un de mes lecteurs a trouvé par expérience la bonne position, qu'il me l'indique ! Le moindre siège sur un avion long courrier est 100 fois meilleur. On dirait que ces sièges ont été conçus avant la dernière guerre et n'ont jamais été redessinés.

 

Quatrième remarque : on vous annonce aimablement que des distributeurs de boissons et de « friandises » sont à disposition en voiture 17. Le malheur est que le fameux distributeur de boissons et friandises est en panne.

 

Cinquième remarque : bien que le train soit plein à moins de 50%, après 2 h de route, il n'y avait plus d'eau pour la chasse d'eau des deux toilettes de ma voiture, la 18. Décidément pas de chance !

 

Sixième remarque : la climatisation est restée bloquée au maximum toute la nuit, malgré plusieurs interventions des agents de la compagnie ferroviaire. Etant parti très vite avec peu de bagages pour mon cher pied-à-terre en Ubaye, je n'ai pu me couvrir et ne crois pas avoir souffert autant du froid depuis bien longtemps. Mes voisins et compagnons d'infortune avaient tous sortis tout ce qu'ils avaient comme duvets et vêtements chauds.

 

A l'évidence, la SNCF ne souhaite pas motiver ses usagers et néanmoins clients pour qu'ils continuent de voyager sur ce fameux train de nuit. Je lui prédit un avenir sombre et il sera probablement supprimé dans quelque temps. Il faudra alors se rabattre sur l'autre solution : TGV de jour jusqu'à Valence ou Grenoble puis TER (moderne mais financé par vos impôts de la région Rhône Alpes), un trajet de 5 à 6 h, ce qui en fait monopolise votre journée. A moins que vous tombiez sur le cas où le TER serait remplacé par un car qui lui met plus de 4 h entre Valence et Gap.

 

Je persiste à penser que la SNCF est une entreprise qui a pour stratégie réelle de soigner dans l'ordre : d'abord ses employés solidement organisés autour de leurs syndicats (retraites 50 ou 55 ans, voyages quasi gratuits,...), le TGV, et en tout dernier les clients des « Intercités » et des trains de banlieue. Manifestement la maintenance des trains Intercités laisse à désirer. On notera au passage que c'est également un Intercités qui a été accidenté à Brétigny.

 

Pour compléter, le car qui m'a amené confortablement jusqu'à Barcelonnette vers 9h 30 du matin n'avait que 7 passagers au départ de Gap. Il y a 15 ans, selon mes souvenirs, ce même car était rempli d'au moins 20 ou 30 passagers. Décidément ce service public n'intéresse plus grand monde. Et pourtant, le prix est très compétitif : 10 € pour un trajet de 65 km. Il est ainsi maintenu à grand frais, probablement financé par vos impôts.

 

Le retour sur Paris en couchette a été sans incident. Mais je mentionnerai tout de même que prendre le car impose de partir à 17h 10 de Barcelonnette pour le train de 22h.

 

De tout cela, il ressort que notre merveilleuse vallée de l'Ubaye reste bien peu accessible aux parisiens et peu connue. Les amoureux de la vallée ne s'en plaindront pas.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires

Maureen 30/06/2016 12:22

Salut.

Une question s'il vous plait sur la condition de couchette quand vous etiez de retour a Paris. Etait elle propre ? Arrive-t-on a dormir a votre avis ?
Je vous remercie.

despairhope 05/07/2015 18:43

Bonsoir
J'étais inquiéte d'avoir pris une place en intercités de nuit Bayonne Paris.
Ce voyage s'est très bien passé:je n'ai pas eu besoin de sortir les vêtements chauds supplémentaires car la climatisation était à la bonne température. Ras niveau WC : propres (même au matin) et fonctionnaient.
Ma voisine de siège était super agréable. ... Le voisin de devant serviable.
Les seuls bemols: dur de dormir quand les voisins de derrière parlent et rigolent. Et puis ne prenant que le tgv depuis 10 ans, j'ai eu un choc en voyant que les autres trains sont toujours pareils que dans les années 90 voire 80... Pas de problème pour moi avec le siège inclinable. C'est vrai que j'ai vu des gens dans la position que tu décris, quand ils n'avaient pas de voisin devant ni à côté. J'ai dormi entre autres côté couloir avec les jambes à l'extérieur. Je n'ai pas compris pourquoi tu dis que l'on n'est pas calés. On ne glisse pas même en basculant le siège.
Par contre je ne recommencerai pas car je suis quand même super crevée. Ce n'est pas vrai que l'on peut dormir 8h comme dans un lit (argument sncf). Peut être avec des boucles quies? J'aurai du y penser!
Bien à toi.