Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 18:45

Entrée chez IBM en 1981, dirigeant actuellement les ventes, le marketing et la stratégie du groupe, Ginni Rometty va succéder le 1er janvier 2012 à Sam Palmisano, directeur général depuis 2002. Depuis la création d'IBM, il y a tout juste 100 ans, 9 dirigeants seulement se sont succédés, tous par promotion interne, à l'exception de Louis Gerstner qui est arrivé à un moment critique au début des années 90 ; et Ginni Rometty est la première femme.

Depuis plus de 30 ans chez IBM, Ginni Rometty a poursuivi une carrière essentiellement en vente et marketing ; elle a surtout été remarquée lors de l'intégration des équipes de consultants de PwC (Pricewaterhouse Coopers) en 2002 – une acquisition à 3,9 milliards $, réussissant à les retenir et à leur faire adopter un groupe aussi important qu'IBM, à la culture si imposante ; depuis 2002, Sam Palmisano lui a confié des responsabilités de plus en plus larges, qu'elle a remplies avec succès.



Lors d'un interview, Ginni Rometty a déclaré que ce qui l'a fait progressé le plus dans sa carrière, c'est d'apprendre par l'expérience. « J'ai appris à toujours entreprendre des choses que je n'avais jamais faites auparavant. Très tôt dans ma carrière, je me rappelle que l'on m'a proposé un projet important ; je me suis dit : je ne suis pas prête pour en prendre la direction ! Le soir même, quand j'en ai parlé à mon époux, il m'a simplement regardé et m'a dit : « Crois-tu qu'un homme répondrait ainsi ? » Ce que cela m'a appris, est que vous devez avoir confiance en vous-mêmes, même si, intérieurement, vous pouvez être très critiques. Croissance et confort ne peuvent pas coexister. » Dans un discours devant des étudiants de son université, elle a expliqué pourquoi elle est toujours restée chez IBM et les a encouragés à poursuivre les plus grands défis en leur disant : « Vous avez toutes les compétences nécessaires pour relever les défis du monde les plus ambitieux. »



D'autres grands groupes de technologie ont actuellement une femme à leur tête : HP avec Meg Whitman, Xerox avec Ursula Burns, Oracle avec Safra Catz . Quelles leçons en tirer ? Dans le cas de Ginni Rometty, il est certain que, suivant la stratégie et les valeurs de l'entreprise, c'est la promotion interne, la connaissance du métier et des clients et une transition progressive qui sont privilégiées. Que la direction de l'entreprise soit confiée à un femme montre certainement qu'IBM a bien changé ces 20 dernières années, tout en poursuivant la même passion de satisfaction des clients. Ginni Rometty est en effet reconnue dans l'entreprise comme étant une excellente commerciale, que les clients adorent.



Ursula Burns a elle aussi débuté tôt dans sa carrière dans l'entreprise qu'elle dirige maintenant : Xerox, en 1981 après un Master en ingénierie mécanique à Columbia. La comparaison s'arrête là dans la mesure où son parcours a été en développement produit, planning, service clients et production, avec, parait-il, une forte capacité à favoriser l'innovation. Dès 2001, Anne Mulcahy, une autre femme qui venait de prendre la tête de Xerox, lui a confié des responsabilités de plus en plus larges. En 2009, Ursula Burns lui a succédé à la direction de Xerox et est devenue la première noire américaine à diriger un grand groupe coté (un des Fortune 500) : comme pour Ginni Rometty, la transition a été progressive et le successeur a été soigneusement formé en interne.

Xerox a ceci de remarquable que 1/3 de ses quelques 3800 cadres dirigeants sont des femmes (sur 57 000 employés). Ceci n'a pu se produire sans un engagement décisif et de long terme de sa direction. Est-ce que cette diversité ne serait pas un des facteurs majeurs qui ont permis à Xerox de faire mieux que survivre face à la concurrence des Canon, HP et autres ?



Quant à Meg Whitman et Safra Catz, elles ont intégré la direction de leurs entreprises respectives en sautant toutes les étapes : en entrant directement à leurs conseils d'administration. Meg Whitman a eu un parcours diversifié chez Procter & Gamble, Bain consultants, Walt Disney (vice-président du marketing), à la direction de Florists Transworld Delivery (FTD), le leader mondial des produits floraux et récemment chez eBay de 1998 à 2008 qu'elle a fait grandir de 30 à 11000 employés ; Safra Catz a fait auparavant toute sa carrière dans la banque d'investissement, en dernier lieu à la direction générale.

Ainsi que je l'ai évoqué il y a quelque temps, le défi est grand pour Meg Whitman, très grand même. Son avantage sans doute, est qu'elle n'a pas grand chose à perdre et à prouver, étant déjà une icône de la Silicon Valley. C'est plutôt HP qui court un grand risque si elle ne réussit pas.

Il semble que la réussite de Safra Catz tienne jusqu'à présent à sa capacité à collaborer avec Larry Ellison, un entrepreneur extrêmement exigeant qui a déjà usé plusieurs nº2.



Le cabinet de conseil McKinsey qui a mené plusieurs études sur le rôle des femmes dans l'encadrement et la direction des entreprises, soutient que les styles de leadership plus propices à inspirer et à motiver l'action et la créativité sont plus présents parmi les femmes ; une présence plus significative de femmes dans les équipes de direction aiderait les entreprises à surmonter les crises et à se développer.

Le monde de la haute technologie est très exigeant, extrêmement mouvant, les étoiles naissant vite et disparaissant de même, IBM et Xerox y font figure d'exception. Le fait qu'IBM et Xerox ont su promouvoir des femmes à leurs têtes, comme Ginni Rometty et Ursula Burns, est certainement le révélateur d'une prise de conscience, même d'une conviction affirmée au sein leur direction, que les femmes contribuent largement à leur capacité de survivre aux crises et de se réinventer. Nos chefs d'entreprise auraient tort de ne pas s'engager résolument dans le changement recommandé par McKinsey.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires