Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 18:13

Avec le développement d'Internet, des sites marchands et depuis quelque temps du « cloud computing » – l'informatique en nuage c'est-à-dire l'externalisation des serveurs et des traitements informatiques des entreprises, la demande de « data centers » (que nous appellerons fermes de serveurs) explose. Des deux côtés de l'Atlantique notamment, les spécialistes des fermes de serveurs mettent les bouchées doubles et investissent pour satisfaire cette demande. Les fermes de serveurs sont des sortes d'usine de données informatiques remplies de serveurs, de routeurs et d'autres équipements électroniques empilés dans des armoires alignées sur des dizaines de mètres.

Il y en a déjà, parait-il plus de 500 000 dans le monde.

Pour assurer leur fonctionnement, il est absolument impératif de maintenir leur température ambiante autour de 20ºC. Une ferme de serveurs qui consomme de 100 à 200 mégawatts pratiquement dissipés en chaleur, doit être équipée d'une climatisation puissante et fiable, ce qui a un impact sur l'investissement et sur le fonctionnement, surtout quand le coût du mégawatt-heure augmente ! Il faut bien avouer aussi que l'empreinte écologique des ces usines du futur est plutôt négative, contribuant de manière significative à l'émission de gaz à effet de serre.

 

La concurrence aidant, de nouvelles solutions apparaissent qui diminuent à la fois les coûts et les consommations ou même utilisent de l'énergie renouvelable. Ainsi Colt, autrefois City of London Telecom, installe des fermes de serveurs en Islande, un pays où il fait frais et où l'énergie géothermique est abondante. Et OVH basée à Roubaix, se lance sur le marché américain avec une technologie remplaçant totalement la climatisation par une ventilation plus économique.

 

Les fermes de serveurs en Islande

 

Verne Global est une jeune pousse financée par le fonds anglais The Welcome Group, pour créer et opérer une ferme de serveurs d'un nouveau type, sur un terrain de 23 000 m2 à 50km de Reykjavik. Avec un investissement initial de 5 millions €, elle a installé une module de 500 m2, développé par Colt. Ce module standardisé a été livré en 4 mois.

Le mégawatt-heure en Islande ne coûte que 38 € (pour 42 € en France et plus cher ailleurs en Europe) et il est produit à partir de l'énergie géo-thermique ou hydraulique, abondante dans le pays. La température ambiante en Islande est comprise entre -10ºC et +20ºC toute l'année, ce qui a permis de mettre en place un refroidissement par air frais à la place du circuit coûteux à eau avec réfrigérant dont la plupart des fermes de serveurs sont équipées. D'où une économie supplémentaire considérable puisque la facture d'électricité pour climatiser et alimenter les serveurs représente plus de la moitié du coût de fonctionnement d'une ferme de serveurs.

Ce qui a permis de lancer ce projet innovant est la mise en place récente de liaisons sous-marines par câble à fibre optique entre l'Islande et le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume Uni et le Canada. Un nouveau câble « Esmeralda » est en cours d'installation avec les Etats-Unis.

Potentiellement, cette nouvelle industrie va permettre à l'Islande de servir tant l'Europe que l'Amérique du Nord avec des coûts faibles et une empreinte climatique réduite : un vrai cercle vertueux.

 

OVH investit en Amérique du Nord

 

OVH, une ETI familiale (voir un article sur ce blog), vient d'annoncer la construction de son premier centre à Beauharnois à 50km de Montréal pour accueillir 80 000 serveurs informatiques, un investissement de 75 millions € ; deux autres centres sont prévus, l'un dans l'ouest et l'autre au centre de l'Amérique du nord. Avec plus de 110 000 serveurs en Europe, OVH est dans le peloton de tête mondial des sociétés disposant de fermes de serveurs (Google est nº1 avec 1 à 2 millions, Microsoft nº2 avec plus de 500 000, EDS nº3 avec environ 400 000, Yahoo nº4 avec plus de 150 000). Clairement sa stratégie est de prendre une position forte sur le plus important marché, l'Amérique du Nord.

Comme Verne Global/Colt, OVH a ciblé une amélioration des performances énergétiques pour être compétitif et gagner des marchés sur un terrain nouveau. Le nouveau système de ventilation a été développé en interne et permet de proposer des prix plus bas. Le cofondateur d'OVH, Octave Klaba a déclaré : « Notre objectif est dans un premier temps d'accompagner nos clients français sur ce continent puis, grâce à nos prix qui sont deux à trois moins chers que ceux de nos concurrents américains, créer notre propre marché. » Aux dernières nouvelles, les ventes d'OVH auraient dépassé 100 millions € en 2011 avec 430 employés dont 130 ont été recrutés en 2011.

On remarquera qu'OVH a un profil intéressant : d'abord une société de services à forte croissance, dans le domaine de l'Internet, qui, pour continuer de se développer, développe des technologies qui lui permettent d'offrir des services à un coût toujours plus bas.

* Centre de traitement de données ou ferme de serveurs

Partager cet article

Repost 0

commentaires

janine 18/05/2012 11:33

what is the long term impact of the heat created and "recycled" in Island on the local climate ?

Le Gargaillou 18/05/2012 17:23



The impact is probably negligeable compared to what active Icelandic vulcanoes are doing to the environment