Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 19:57

Au même moment où la grève chère au leader cégétiste Didier Le Reste se terminait à la SNCF, une de ses filiales, SeaFrance, l'opérateur des ferries entre Calais et Douvres, a été mise en procédure de sauvegarde devant le tribunal de commerce de Paris. Avec un chiffre d'affaires d'environ 220 millions €, SeaFrance a dégagé 36 millions € de perte en 2009 après avoir perdu 24 millions € en 2008. Elle se trouve maintenant avec des fonds propres négatifs. La CFDT qui est majoritaire chez SeaFrance a dénoncé un accord qui devait permettre une recapitalisation par la SNCF tout en prévoyant la suppression de 482 emplois sur les 1600 salariés et s'est mis en grève lors du week-end pascal, l'un des plus intenses de l'année. Dans cette affaire, on constate une fois de plus que dans la galaxie SNCF, le dialogue social ne fonctionne pas entre la direction et les syndicats. Avec la mise en sauvegarde, le plan social est annulé et des mesures plus drastiques risquent d'être appliquées.

 

Depuis des années, SeaFrance perd des parts de marché face à ses deux concurrents : Eurotunnel et P&O. On peut se demander pourquoi la SNCF s'est acharnée à conserver cette filiale alors qu'elle investissait dans l'Eurostar qui peu à peu lui a dérobé l'essentiel de son trafic passagers. D'autre part, SeaFrance n'opère qu'entre Calais et Douvres alors que son concurrent P&O est un opérateur global de ferries entre les Iles Britanniques et la France, l'Espagne, la Belgique et les Pays-Bas, tant en fret qu'en transport de passagers. Au cours des années, P&O a pu doser son engagement sur le trajet Calais-Douvres alors que SeaFrance était seulement en position de gérer sa décroissance ! Manifestement, la direction de la SNCF est bien trop préoccupée par ses problèmes propres et ceux du fret et par son combat permanent avec la CGT tout en souffrant quasi constamment de l'interférence des politiques. Etant elle-même sous perfusion avec environ 50% de ses revenus constitués de subventions, la SNCF n'a pu mettre en oeuvre ni une stratégie de développement pour SeaFrance, ni une stratégie de cession qui aurait été sûrement la meilleure solution lorsque le trafic passager et fret était encore significatif. Maintenant, il est probable que nous nous acheminons vers la liquidation ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires