Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 12:45

Chaque année à l'époque des Internationaux de France à Roland-Garros qui, rappelons-le, ne durent que 15 jours par an, la Fédération Française de Tennis accentue son lobbying intense auprès de la Ville de Paris. Elle agite la grande menace : que Paris perde le Master en terre battue au profit de Madrid qui dispose d'installations beaucoup plus vastes et plus modernes. Notons en passant que les installations de Roland-Garros sont largement sous-utilisées : essentiellement pendant les Internationaux et les Championnats de France ...

 

Le premier projet en cours de tractations est la suppression du petit stade Hébert, en face du lycée La Fontaine, qui sert uniquement à la pratique sportive des jeunes du quartier, tout au long de l'année ; pour le remplacer par trois stades de tennis de compétition avec toit ouvrant. Afin de relier ces stades à l'enceinte de Roland-Garros, l'on évoque une passerelle en béton qui empiètera sur les Serres d'Auteuil qui est un espace vert « ultra-protégé ». Mais il est bien connu que ces considérations n'arrêtent pas l'actuel maire de Paris.

 

Le deuxième projet dont la presse vient de se faire l'écho ces derniers jours (Les Echos du 25/05) et qui a été évoqué lors d'une conférence du directeur général de la FFT, Gilbert Ysern, est encore plus étonnant : il s'agit ni plus ni moins de supprimer les Serres d'Auteuil et de prendre un hectare de terrain sur le Bois de Boulogne. On peut s'interroger d'ailleurs pourquoi s'arrêter à un hectare ? En effet, Roland-Garros étant notoirement trop petit, il faudrait envisager au moins le doublement de sa surface pour faire bonne mesure face au concurrent madrilène et recoller au peloton des autres installations du Grand Chelem ! Mon lecteur retiendra que ce deuxième projet ne serait même pas une demande de la FFT mais qu'il s'agirait de propositions de la Ville de Paris ; une Ville de Paris prête à passer en force sans souci du bien des parisiens, du sport de masse de proximité et de la protection des espaces verts ; espace verts qui sont déjà les plus réduits parmi les grandes métropoles du monde entier.

 

Bien sûr, on évoque l'étude de trois autres sites en région parisienne : Marne-la-Vallée, Versailles ou Gonesse. Il s'agirait d'une implantation d'une trentaine d'hectares (alors que Roland-Garros n'en occupe que neuf ) mais voici un grande partie du problème : le transfert coûterait 600 millions € alors que les projets sans déménagement ne coûteraient que 200 millions €. On peut d'ailleurs penser que, comme pour le projet scandaleux de Jean Bouin, la Ville de Paris mettrait la main à la poche pour la plus grande joie des contribuables parisiens corvéables à merci. Il est évident que les municipalités des trois autres sites n'ont pas les moyens de concurrencer Paris sur ce plan.

 

Tout ce qu'on peut espérer, c'est que notre secrétaire d'Etat au Grand Paris, Christian Blanc prenne les choses en main et fasse cesser ce jeu de la Ville de Paris et de son maire qui cherchent à tout prix à conserver des implantations qui étouffent à l'intérieur des modestes 10 540 hectares de la Ville (dont 850 ha pour le Bois de Boulogne, en voie de réduction par les bons soins du maire) et qui menacent d'étouffer les parisiens par empiètements successifs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Points de vue
commenter cet article

commentaires

PF Grimaldi 22/06/2010 05:34


Tout à fait d'accord avec cette analyse .