Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 14:24

  

Depuis plusieurs années, EDF poursuit de gros efforts pour se développer aux Etats-Unis. Le marché est à coup sûr très attirant, compte tenu de l'appétit dévorant en énergie des américains, qui sont aujourd'hui encore consommateurs d'environ ¼ de l'énergie produite dans le monde.

 

Mais ce marché, pour grand qu'il soit, est hyper protégé. Nos amis américains, tout en proclamant urbi et orbi la libre circulation des biens et services, savent très bien sauvegarder leur pré carré. On le constate par ailleurs avec l'affaire des avions ravitailleurs pour le DOD, sur laquelle EADS bataille depuis plusieurs années avec une meilleure offre que Boeing, sans pouvoir décrocher le contrat.

 

Dans l'affaire Constellation qui fait actuellement la une des médias, un projet de centrale nucléaire, EDF est prisonnier d'une participation limitée à 49,99% dans les actifs nucléaires de Constellation, qui est imposée par la loi américaine. On a un peu l'impression qu'EDF est la bienvenue avec son savoir-faire technique et son appui financier, mais que c'est l'américain qui prend les décisions, en fonction particulièrement de sa situation financière qui n'est pas brillante ! Il y a bien sûr aussi les séquelles de la tragédie de Three Miles Island qui font que les banquiers refusent de financer la construction d'une centrale nucléaire, si il n'y a pas une garantie de l'Etat fédéral. Une telle garantie est dès lors sujette à de nombreux aléas, notamment politiques. On évoque aussi le fait que, dans les derniers mois, le prix du gaz a beaucoup baissé suite à la mise en production du gaz non conventionnel, qui rappelons-le, permet aux Etats-Unis de comptabiliser 100 ans de réserves de gaz au lieu de 30 ans auparavant. La compétitivité du nucléaire s'en trouve bien sûr affectée, et ceci d'une façon durable !

 

Mais ne faut-il pas mettre en cause l'ensemble de la stratégie d'EDF aux Etats-Unis ? Pourquoi aborder le marché par un projet, qui semble le plus difficile qui soit : construire une centrale avec une nouvelle technologie, l'EPR, qui n'est pas encore prouvée ; la première centrale depuis Three Miles Island il y a plus de 30 ans, alors qu'aucun acteur 100% américain ne s'y est risqué ; avec un partenaire qui n'est pas très solide financièrement ; ne prendre une participation financière que dans les actifs nucléaires de Constellation et non dans l'entreprise elle-même, ce qui donne à cette dernière toute liberté d'entreprendre d'autres constructions qui pourraient entrer en concurrence avec le projet ?

 

Ne faudrait-il pas d'abord considérer les technologies traditionnelles : centrales hydroélectriques, thermiques au gaz ou au charbon, ou des marchés de moindre ampleur tels que l'éolien ou le solaire. Une stratégie à petits pas pour peu à peu se familiariser avec le marché américain et ses contraintes, ne serait-elle pas la meilleure solution ? L'histoire est remplie de rachats d'entreprises américaines importantes par des étrangers qui se sont mal terminés : American Motors par Renault, Chrysler par Daimler pour ne citer que l'automobile, domaine qui dans un certain sens, est proche des entreprises d'électricité, par la lourdeur des investissements, le peu de flexibilité à court terme et les conséquences lourdes de mauvaises décisions stratégiques. Au contraire, toujours dans le domaine automobile, Honda, Volkswagen et Toyota ont montré la route en menant des politiques de long terme avec des investissements progressifs et contrôlés.

 

Notons au passage le fait qu'EDF est une entreprise détenue majoritairement par l'Etat, qui reste un actionnaire inconsistant, versatile et peu exigeant ; une entreprise bourrée d'ingénieurs, fière de sa technologie et de son savoir-faire dans le domaine nucléaire mais ayant de ce fait, une vue déformée de la situation hors de France ; une entreprise protégée par une position de quasi-monopole en France qui l'autorise à faire des erreurs dans les autres pays où elle intervient.

Alors EDF saura-t'elle adapter ou réorienter sa stratégie aux Etats-Unis ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires

Nicolas 13/10/2010 16:59


Effectivement, on se demande ce que va faire EDF aux US: le secteur de l’énergie (la France est un bon exemple) est un secteur protégé par excellence. Comment investir aussi lourdement sans être à
la merci d'une loi qui bloquerait l'arrivée d'un concurrent?

Sans doute EDF a trop d'argent et cherche des projets. Ne serait-il pas temps de rendre cette rente de situation au consommateur?

Dans le même genre, il y avait eu des tentatives de TGV au Texas si je me souviens bien...