Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 13:43

Avec l'émergence du Web 2.0 et des sites Internet interactifs, de nouvelles plate-formes de financement sont apparues il y a environ 5 ans, c'est le « crowdfunding », le financement participatif, le financement par la foule ! la foule des internautes.

 

Le crowdfunding a démarré aux Etats-Unis avec le prêt entre particuliers et les dons et ce sont encore aujourd'hui les segments les plus porteurs. Un nouveau segment émerge : celui du financement de projets immobiliers, par exemple d'un gratte-ciel (*) ou d'un lotissement.

 

L'autre segment à fort potentiel est l'investissement direct en capital d'entreprises : il a été bloqué jusqu'à récemment aux Etats-Unis par la réglementation qui imposait notamment à un investisseur de posséder des actifs de plus de $1 million pour pouvoir prendre une participation dans un projet privé, hors du contrôle du SEC, l'autorité américaine des marchés financiers. A l'initiative de Barack Obama, le Jumpstart Our Business Startups Act, qui a été promulgué en avril 2012, permet à tout un chacun d'investir $2 000 ou 5% de son revenu ou de son patrimoine. Mais le SEC est toujours en train de définir le détail des règles protégeant les investisseurs requises par cette loi. J'observe qu'on peut se demander si il ne traine pas les pieds pour publier ces règles : le JOBS Act risque en effet d'introduire une concurrence radicale auprès des vaches sacrées de Wall Street.

 

Le numéro un du prêt, Lending Club a déjà intermédié plus d'un milliard de dollars depuis juin 2007. Lending Club a été fondée par un entrepreneur Français, Renaud Laplanche, DESS de droit, MBA à l'ISA (HEC), arrivé aux Etats-Unis en 1999, après une carrière d'avocat d'affaires dans un grand cabinet américain, Cleary Gottlieb. En 1999, il a créé TripleHop Technologies avec un ami, Matt Turck et un docteur en informatique, Joaquin Delgado pour développer un logiciel de recommandations, permettant aux internautes de bénéficier de conseils personnalisées à partir de questionnaires remplis au préalable. Avec l'éclatement de la bulle Internet, le projet a évolué vers un moteur de recherche pour entreprises qui tenait compte du profil et des précédentes requêtes de l'utilisateur : MatchPoint, qui a eu un rapide succès dans les domaines des media, des services financiers et de l'industrie pharmaceutique. TripleHop Technologies a été racheté par Oracle en 2005 et après un an, Renaud Laplanche est parti pour la Silicon Valley, lancer Lending Club.

 

Lending Club s'est positionné sur le prêt de particuliers à particuliers, directement en concurrence avec le crédit donc chaque américain dispose avec ses cartes bancaires, une sorte de ligne de crédit permanente, remboursable à volonté. Typiquement, le taux sur ces cartes est de 18% par an : Lending Club propose des taux plus faibles en moyenne de 14% et sert aux prêteurs des intérêts entre 5,66% et 10,27% selon le risque associé au prêt. Lending Club soutient qu'il est très sélectif dans l'acceptation des dossiers de prêt et vise des particuliers emprunteurs ayant les meilleures références ; il en résulte un taux de défaut d'environ 4% (le pourcentage des prêts non remboursés). Les prêteurs investissent directement pour financer les prêts accordés aux particuliers, ce qui simplifie grandement la gestion et autorise un différentiel faible entre les taux mais bien sûr, entraîne un lien direct entre le risque du prêt et celui de l'investissement. Lending Club n'assure pas ce risque. Cela n'empêche pas Lending Club de doubler le montant des sommes prêtées chaque année et d'attirer des investisseurs de plus en plus importants, naturellement attirés par des taux sans commune mesure avec les taux actuels de marché obligataire.

 

D'autres sites se développent dans le sillage de Lending Club : Prosper aux Etats-Unis, Zopa en Angleterre. Dans de nombreux pays, dont la France, les contraintes règlementaires notamment en matière de fonds propres bloqués, freinent le développement de ces plate-formes. Toutefois, Lending Club envisage de s'installer en France et des plate-formes naissent ayant pour actionnaire une vrai banque comme Prêt d'Union, filiale du Crédit Mutuel.

Le lecteur appréciera le rendement nettement plus intéressant servi par ces plate-formes comparé aux livrets divers, comptes à terme et autres SICAV court terme proposés par les banques traditionnelles, avec en même temps un faible risque. L'investisseur peut facilement modérer ce risque en multipliant les participations dans des prêts différents.

On peut s'attendre à une intensification croissante de la concurrence envers les banquiers, sur un segment particulièrement rentable pour elles : celui des emprunteurs présentant le risque le plus faible. A terme, les banques n'auront-elles plus que les emprunteurs à haut risque ?

 

(*) En Colombie, un promoteur newyorkais, Prodigy Network a financé par crowdfunding BD Bacatá, le plus haut gratte-ciel colombien, un immeuble de 66 étages dans le centre de Bogota. 3,100 investisseurs ont apporté $171.8 million sur les $239 million nécessaire pour ce projet. Prodigy est en train de lancer le même type d'opération sur un gratte-ciel 84 William Street à Manhattan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires

credit en ligne 29/06/2014 15:58

le plus du crowfounding c'est qu'il n'est nécessaire d'avoir un fond de liquidité assez phénoménale pour pouvoir devenir actionnaire

Devhope 20/02/2013 10:05

Oui c'est clair, nous allons vers un mode de mobilisation de fond plus interactif et moins contraignant en terme d'éligibilité au financement (conditions à remplir).

Devhope 19/02/2013 22:47

Ces réalisations faites à partir du crowdfunding montrent vraiment l'importance de la solidarité. De plus ces financements réunies à travers les apports des uns et des autres servent à apporter une
valeur ajoutée aussi bien matériel (buildings) que monétaire.

Le Gargaillou 20/02/2013 07:43



Et pas seulement, le crowfunding ouvre un grand espace de liberté pour qu'une multitude de projets autrefois bloqués, puissent se réaliser et cela avec des frais d'intermédiation réduits.