Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 22:12

Depuis plusieurs mois, l'activité de fusions-acquisitions des grandes entreprises renait et fait la une des journaux économiques. Après une année 2009 où il leur était impératif de contrôler sévèrement leurs coûts et de réduire leurs dettes, elles cherchent maintenant des relais de croissance en pouvant souvent s'appuyer sur d'abondantes liquidités. Des taux d'intérêts faibles et une capacité d'emprunt renouvelée leur permet aussi d'envisager de nouvelles opportunités. De plus, le cours élevé de l'euro vis-à-vis de toutes les grandes monnaies, permet aux entreprises européennes de faire leur marché à bon compte, notamment en Amérique du Nord.

 

Dans cette ligne, on peut citer la récente acquisition de l'américain L-1 Identity Solutions par Safran ; Sanofi Aventis lance une OPA hostile sur Genzyme cotée au NASDAQ ; depuis l'éclatement de la crise financière, BNP Paribas a racheté plusieurs banques de financement et d'investissement aux Etats-Unis et ses effectifs ont cru de 2550 employés à plus de 3600 en trois ans, selon Les Echos. Les grands groupes américains ne restent pas les bras croisés tel General Electric qui vient d'annoncer deux acquisitions majeures pour un total de 4,5 milliards de $, mais on comprendra que ces groupes se cantonnent aux Etats-Unis, vu la faiblesse actuelle du dollar.

 

Phénomène important, ce redémarrage de l'activité de fusions-acquisitions se produit également parmi les PME et ETI françaises, notamment industrielles. Cela mettra sûrement du baume dans le coeur de nos têtes politiques qui ont fait des voeux de croissance rapide pour elles.

 

Martek Power

 

Fondé en 1987 par Marcel Katz, ce groupe d'environ mille employés est un spécialiste des convertisseurs d'énergie pour de nombreux domaines : aéronautique, ferroviaire, télécoms, médical et militaire. Il s'est développé largement par croissance externe en rachetant notamment Sefelec en France, Powertron au Royaume-Uni en 2007, Semelec en France en 2009. En 2008, des actionnaires familiaux sont sortis du capital pour être remplacés par Barclays Capital Equity à hauteur de 60% du capital.

Le dirigeant du groupe déclarait à l'époque que cette opération allait fournir des moyens supplémentaires pour financer la croissance externe.

Et récemment, Martek qui prévoit des ventes 2010 à hauteur de 80 M€ en croissance de près de 20% en 3 ans, a annoncé l'acquisition du groupe américain Laser Drive Inc (CA 2009 : 10 M$) spécialisé dans les systèmes d’alimentation pour les lasers et autres sources de lumière. Martek va ainsi consolider ses positions aux Etats-Unis où il réalisait jusque là la moitié de son chiffre d'affaires.

 

Onduline

 

Onduline est un groupe d'origine française qui fait peu parler de lui et pourtant. Il a été fondé en 1950, par Gaston Gromier avec le lancement des premières ardoises en bitume mono-couche. Dès 1964, ses premières filiales internationales ont été créées en Allemagne et en Italie. En 2000, les ventes dans les pays émergents dépassent 50% des ventes totales du groupe.

En 2006, l'actionnariat est restructuré avec le rachat du groupe par la Financière Ofic SAS, détenue par les 50 principaux cadres du groupe associés avec deux fonds d'investissement : Abénex et Astorg. Cette opération a sans aucun doute permis de pérenniser la stratégie de long terme du groupe tout en instituant une forte motivation des dirigeants.
Et en 2010, alors que les ventes atteignent 300 M€, le groupe annonce le rachat de son concurrent américain Tallant (ventes 2009 : 35 M$).

 

D'autres opérations se produisent entre acteurs français comme le rachat d'Opsys par Archimed dans l'édition de logiciels, qui permet de constituer un petit groupe de plus de 10 M€ dans un secteur où les acteurs français de poids moyen sont peu nombreux.

Dans le secteur sinistré de la sous-traitance automobile, le groupe savoyard Maike (ventes 2009 : 220 M€) qui a racheté une vingtaine d'entreprises en moins de 10 ans, vient de faire l'acquisition d'EM Technologies (ventes 2009 : 42 M€) qui produit des régulateurs de pression pour turbo, des radiateurs et certaines pièces contribuant à la sécurité des véhicules. On peut comprendre qu'il y a de solides opportunités dans ce domaine où les valorisations de nombreuses entreprises ont beaucoup diminué, affaiblies par la baisse des ventes et la délocalisation intensive des fabrications de Renault en particulier. L'avenir est à l'évidence l'obtention d'une taille critique qui permet d'établir un meilleur rapport de force avec les constructeurs et les grands équipementiers. Il est certain que Maike poursuit la bonne stratégie avec sa croissance externe à marches forcées.

 

Ces quelques exemples récents permettent d'identifier quelques facteurs clés conduisant à une croissance rapide des entreprises :

- doivent être présentes une volonté, une vision et une ambition de la part du/des fondateurs et/ou des dirigeants,

- s'assurer que cette volonté, cette vision, cette ambition soient partagés par les actionnaires ; lorsque des actionnaires familiaux désirent sortir pour concrétiser leur gain, il est fondamental de pouvoir trouver de nouveaux partenaires de moyen/long terme qui vont adhérer à la stratégie de croissance,

- même dans les secteurs difficiles comme l'automobile, il est possible de bâtir des groupes qui de part leur dimension, possèdent des capacités décuplées par rapport aux PME initiales, mais cela ne peut réussir que si c'est un projet entrepreneurial ; point n'est besoin de subventions ou d'interventions politiques ou administratives.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires