Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 22:43

Les médias européens, les observateurs et la plupart des dirigeants européens se sont largement fait l'écho de la conférence de Copenhague comme d'un échec. Mais d'autres considèrent que le bilan est positif; ainsi Nicolas Sarkozy a déclaré le 6 janvier 2010 que « Copenhague c'est infiniment mieux que Kyoto ». Pour beaucoup, ce serait avant tout un échec de l'Europe qui n'a pas su promouvoir ses innovations et ses normes ; les Etats-Unis et la Chine, le G2, qui génèrent à eux deux 50% du CO2 de la planète se seraient mis d'accord ensemble pour ne s'engager sur rien.

 

Selon Christian de Perthuis lors d'une conférence le 26 janvier, c'est surtout l'échec d'un processus de négociation de 2 ans mené par l'ONU. A l'inverse de Kyoto qui a été essentiellement une négociation Europe – Etats-Unis, le processus de Copenhague a été une négociation globale où les autres pays ont eu leur mot à dire : le centre de gravité de la négociation climatique s'est déplacé. Le monde change et le tandem Europe – Etats-Unis ne peut plus imposer à tous ses schémas et ses politiques. Par contre, toujours selon C. de Perthuis, la diplomatie américaine a réussi à ramener à elle les BRIC et d'autres pays émergents majeurs.

 

L'échec majeur, c'est qu'aucun instrument économique contraignant n'a pu être établi, garantissant que chaque pays se conformerait à ses engagements. En cela Copenhague est tel que Kyoto. Comme toujours, les engagements n'engagent vraiment que ceux qui les croient.

 

L'Europe risque d'être marginalisée par les Etats-Unis qui ont en projet un dispositif plus complet traitant à la fois des émissions fixes et mobiles (moyens de transport). Le marché européen des permis de CO2 ne traite actuellement que des émissions fixes (les usines, les bâtiments).

 

L'Europe doit se ressaisir, reprendre le leadership en matière de politiques climatiques et ensuite prendre son bâton de pèlerin pour convaincre. Sinon les normes américaines vont s'imposer. Les entreprises internationales ont besoin de certitudes, et ce serait à l'avantage de nos entreprises européennes d'être établies là où les normes se définissent.

 

L'Europe doit poursuivre ses efforts pour arriver à un accord consensuel à 27 et s'y tenir, afin d'éviter la cacophonie de Copenhague où chaque dirigeant national a souhaité tirer la couverture à lui, face à ses médias nationaux. Il est sûr qu'une représentation européenne émiettée ne facilite pas les choses. On comprend que le reste du monde ait beaucoup de mal à discerner, qui du Président du Conseil Européen, du Président de la Commission, du pays qui préside le Conseil européen – l'Espagne, qui des 27 chefs d'Etat est le porte-parole de l'Europe ? Il faut surmonter ce handicap ! C'est possible, en effet à l'OMC où les enjeux sont aussi importants, cela fonctionne depuis plusieurs années. Alors pourquoi pas pour les négociations climatiques ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires