Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 17:19

Le plus étrange dans le chahut médiatique orchestré actuellement sur l'établissement d'une taxe carbone, est qu'il existe depuis longtemps une taxe carbone en France : elle s'appelle la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers). Bien sûr, elle a une application limitée mais son effet structurant sur le long terme a conduit les constructeurs automobiles à concevoir des voitures consommant moins de carburant. La comparaison avec les Etats-Unis est absolument évidente : là-bas un carburant bon marché a conduit les constructeurs à négliger la facteur consommation dans la conception des véhicules.

On notera au passage qu'il n'a jamais été question de moduler la TIPP en fonction des revenus des consommateurs de carburant.

La Suède a mis en place une taxe carbone depuis de nombreuses années. Cela n'a pas rendu l'économie suédoise moins compétitive, bien au contraire. De même, la TIPP n'a pas empêché l'industrie automobile française de poursuivre son développement et de rester compétitive. En revanche, l'industrie automobile américaine est en pleine banqueroute, pour n'avoir pas su s'adapter à un monde où l'énergie n'est plus tout à fait bon marché.

La mise en place de la taxe carbone n'est-elle pas une chance à saisir pour changer les comportements et faciliter une évolution vertueuse vers moins de consommation d'énergie ?

Afin de modifier durablement les comportements, il convient de déterminer un montant suffisamment élevé tel que les 32€ par tonne de CO2 évoqués actuellement. Nos politiciens font en ce moment  assaut de démagogie en affichant leur crainte que ce montant élevé n'affecte le pouvoir d'achat des plus pauvres. Mais il importe dans un souci d'efficacité que la taxe puisse affecter les comportements de tous, consommateurs, entreprises et administrations. En parallèle, l'Etat pourrait élargir les aides qui existent déjà afin de permettre à tous d'améliorer leur habitat, et de remplacer les équipements énergivores par d'autres ayant une meilleure efficacité énergétique. Si nécessaire, ces aides pourraient être plus importantes pour les acteurs ayant les revenus les plus faibles. Ces aides vertueuses contriburaient elles aussi à réduire le montant de la taxe à payer par ceux qui les recevraient. Ce qui en définitive est bien l'objectif de cette taxe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires