Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 07:14

Un décret vient d'être publié par le ministère du logement (et non par celui de l'environnement comme l'a indiqué la presse), relatif aux travaux d’isolation en cas de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou d’aménagement de locaux en vue de les rendre habitables.

Ce décret a soulevé un tollé de la part des associations et des architectes. Il souffre sans doute d'imprécision.

Il précise que "Les travaux de ravalement concernés sont des travaux comprenant la réfection de l’enduit existant, le remplacement d’un parement existant ou la mise en place d’un nouveau parement, concernant au moins 50% d’une façade du bâtiment, hors ouvertures"

 

Je laisserai aux experts le soin de déterminer ce qu'il faut entendre par enduit. Mais il me semble que s'agissant par exemple des immeubles en pierre de taille et en pierre meulière, un ravalement est généralement une opération de nettoyage : il n'y a pas vraiment de réfection d'un enduit ; de même, un immeuble en béton revêtu de parements en pierre agrafé ou en vitrage ne devrait pas être concerné.

 

L'objectif de cette législation est louable : contribuer à la transition énergétique, améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments existants. Mais on s'attaque à une question éminemment complexe compte tenu de la diversité des modes de construction et de qualité des bâtiments. A l'évidence, le décret étant très bref et imprécis, cela conduira à de nombreuses contestations.

Ce qui est à anticiper, en vue d'éliminer ces contestations, comme c'est l'habitude dans l'univers réglementaire français, c'est que l'on se lance dans un délire de réglementations et de normes qui s'attacheront à traiter tous les cas.

 

Pourquoi seulement l'isolation extérieure ?

 

On peut se demander pourquoi seule l'isolation extérieure serait acceptable, comme le laissent penser les protestataires. Pourtant, il existe des solutions d'isolation intérieure performantes et peu épaisses qui n'affectent pas l'apparence des bâtiments. Ainsi, les panneaux isolants sous vide (PIV) offrent des performances très intéressantes : 1 cm d'épaisseur équivaut à 9 cm de laine de verre.

 

Une solution adaptée pour l'isolation tant intérieure qu'extérieure : Super Therm

 

Ce produit peu connu en France a été développé par la NASA et est largement commercialisé en Amérique du Nord. Il se présente comme une peinture, facile à mettre en oeuvre et pouvant être coloré à volonté.

Constitué de particules en céramique, il agit comme une barrière quasiment étanche au rayonnement infra-rouge. Sa mise en oeuvre en 2 couches procure une isolation équivalente à 10 cm de laine de verre. Ce qui ne gâte rien, il possède aussi de bonnes performances en isolation phonique.

 

Lors du ravalement de notre maison située dans la vallée de l'Ubaye, dans les Alpes du Sud, Super Therm a été mis en oeuvre par une entreprise de peinture locale, sans souci particulier avec une pigmentation couleur pierre, sur le crépi existant, qui n'a pas changé d'aspect.

Les premiers résultats sont remarquables : alors qu'il fallait auparavant 2 ou 3 jours pour chauffer la maison, lors de notre arrivée en plein hiver, la température est montée l'hiver dernier de –5 à 18ºC en une nuit de chauffage. Et les premiers pointages de consommation de fioul font apparaître une division par 2 sur une année entière.

Il semble que Super Therm donne aussi de bons résultats en revêtement intérieur de parois humides et froides.

 

On tient là un produit qui semble encore unique, facile à mettre en oeuvre tant par les peintres professionnels que amateurs et d'un coût relativement abordable : environ 10 fois le coût des peintures acryliques ordinaires.

Une simple recherche sur Internet permettra à un lecteur intéressé d'en savoir plus.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans En Ubaye
commenter cet article

commentaires