Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 21:19

EasyLi créée en 2011 par François Barsacq, ingénieur Centralien, développe des solutions de stockage pour l'énergie produite par les centrales renouvelables. Ces solutions sont destinées tout spécialement aux particuliers dont les panneaux solaires produisent dans le journée alors que leur pointe de consommation se trouve le soir.

 

Ces solutions sont réalisées autour de batteries lithium-ion qui se sont imposées ces dernières années, notamment sous l'influence des constructeurs automobiles. Ces derniers ont amené les constructeurs de ce type de batterie à réduire leurs coûts et à améliorer la fiabilité, en particulier en concurrence avec les batteries au plomb. Les batteries lithium-ion sont ainsi garanties 10 ans en stockage contre 1à 2 ans pour celles au plomb, leur durée de fonctionnement est supérieure à 15 ans contre 3-4 ans pour celles au plomb. Elles sont aussi 4 fois plus légères que les batteries au plomb.

 

 

La France est en retard dans les solutions de stockage d'énergie renouvelable

 

Comme l'a indiqué François Barsacq lors d'une conférence récente, la France est en retard dans l'implantation de ce type d'équipement. Encore une fois, cela est dû à mon sens, à l'intervention de l'Etat qui a prétendu stimuler l'installation de panneaux solaires en garantissant un prix élevé de rachat par EDF de l'électricité produite. Il n'y avait donc aucune incitation à mettre en place des solutions de stockage pour une utilisation nocturne de l'électricité produite.

De plus, ce coût de rachat élevé est facturé à l'ensemble des consommateurs d'électricité via la CSPE (contribution au service public d'électricité) qui, soit dit en passant, est devenue une taxe comme une autre à compter du 1 janvier 2016 et qui contribue à la masse globale, informe et incontrôlable du budget global. A noter que la CSPE a de multiples fonctions définies par la loi comme la compensation du surcoût de l'électricité produite en Corse et dans les DOM-TOM, les aides sociales et la rémunération du médiateur de l'énergie. Dans ce fourre-tout, le rachat des énergies renouvelables est devenu dominant avec 59% de la CSPE en 2015 (3,75 Mds€ sur 6,34 Mds€ !).
Comme dans bien d'autres cas, l'Etat se mêle d'influencer le marché par le biais de transferts obligatoires, définis par la loi ; il s'aperçoit au bout de quelque temps des effets pervers de son intervention, modifie les règles du jeu (baisse intempestive des coûts de rachat qui met en déroute l'industrie de l'installation des panneaux solaires) et finalement convertit ces transferts en une nouvelle taxe qui assurément va devenir pérenne.

 

Dans le cas présent, cela a contribué au retard de la France sur la mise en place de solutions de stockage de l'électricité, qui soulagent la charge des réseaux de distribution, limitent la nécessité de démarrer des centrales électriques au gaz ou pire, au charbon (productrices de CO2).

On voit qu'en prétendant soutenir le développement des énergies renouvelables, l'Etat a forcé EDF et les autres producteurs d'électricité à faire fonctionner des centrales polluantes aux heures de pointe !

 

L'Allemagne et les Etats-Unis sont largement en avance sur la France dans la mise en place de solutions de stockage avec à fin 2015 : environ 50 MW en France (démonstrateurs programmes expérimentaux seulement), plusieurs centaines de MW en Allemagne et aux Etats-Unis, notamment en Californie où les clients professionnels sont fortement taxés lors des périodes de pointe et les particuliers bénéficient de modulations horaires amplifiées.

 

On peut penser que le retard de la France dans ce domaine, met les jeunes entreprises comme EasyLi à la merci de la concurrence étrangère – notamment allemande, américaine et coréenne, qui a pu grossir et diminuer ses coûts sur leurs marchés domestiques respectifs. Ces concurrents ont pour nom : General Electric, Tesla Motors (USA), Younicos, Energiequelle (Allemagne), ABB, LG Chem et Samsung LDI (Corée). Le français SAFT est bien seul face à cette foule d'acteurs qui ont pu s'implanter sur des marchés porteurs.

Néanmoins, il s'agit d'un marché en pleine croissance, où très probablement des segments divers vont apparaître et il reste beaucoup de place pour l'innovation technique et commerciale, c'est-à-dire des idées qui se convertissent en facturations !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires