Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 19:43

Ludwik Leibler, fondateur et directeur du laboratoire Matière Molle et Chimie de l'ESPCI, a reçu en juin 2015, le prix de l'inventeur européen décerné par l'Office européen de Brevets pour la création d'une nouvelle classe de matériau : le vitrimère.

 

Le vitrimère : un matériau façonnable et "durable"

Comme le plastique,

il est très résistant, léger et insoluble, il peut être utilisé comme une résine thermodurcissable telle que l'époxy. Suivant sa conception, il peut être mou et flexible ou solide et résistant,

Comme le verre,

il est façonnable à chaud à volonté, recyclable et réparable sous l’action de la chaleur. Comme le verre, il passe progressivement de l'état liquide à l'état solide et vice versa. Il est possible de réaliser des soudures et des réparations par pression à chaud, ce qui est impossible pour un plastique : une fois cuites, on ne peut plus modifier la forme des résines plastiques.

 

Le vitrimère est constitué d'un réseau de molécules qui se réorganise lorsqu'il est chauffé sans changer le nombre de liaisons entre les atomes. Ce qui explique sa stabilité et la reversibilité de ses caractéristiques.

 

Les applications du vitrimère sont potentiellement innombrables, là où les résines régnaient jusqu'à maintenant : les planches à voile, les bateaux de plaisance, les skis, circuits imprimés, structures aéronautiques, etc. Conçus en vitrimère, ils seront désormais réparables et recyclables.

 

Ludwik Leibler, un chercheur et inventeur exceptionnel

 

Ludwik Leibler, né en Pologne, venu en France après un doctorat en physique de l'université de Varsovie, a effectué un stage post-doctoral au Collège de France et au CEA, sous la direction de Pierre-Gilles de Gennes.

Il a très vite développé ses travaux de recherche au CNRS en partenariat étroit avec le monde industriel, a créé en 1996 un laboratoire mixte CNRS/Elf-Atochem dans le domaine des polymères et des colloïdes, et fonde en 2001 le laboratoire Matière Molle et Chimie de l'ESPCI/CNRS. Ce laboratoire comprend sept chercheurs permanents et une vingtaine de thésards et post-docs.

Il invente des matériaux co-continus aux propriétés mécaniques exceptionnelles, puis en 2008 avec Arkema, un caoutchouc auto-cicatrisant, en 2011 le vitrimère et tout dernièrement en 2014, une technique révolutionnaire permettant de faire adhérer entre eux des gels et des tissus biologiques.

Il est notamment depuis 2004 membre de la National Academy of Engineering des Etats-Unis et a déposé plus de 50 brevets.

 

Un futur prix Nobel ?

 

On peut certainement rêver que Ludwik Leibler reçoive un jour pas très lointain le prix Nobel de Chimie. Ce qui constituerait le 7ème prix Nobel reçu par des chercheurs de l'ESPCI, après Pierre Curie (fondateur de l'Ecole), Marie Curie, Eve et Frédéric Jolliot Curie, Pierre-Gilles de Gennes, Georges Charpak.

Ce qui renforcera encore la preuve qu'un établissement de petite taille, à la culture de recherche fondamentale orientée vers les applications innovantes et créatives, peut réussir d'une manière récurrente.

Ce qui n'est pas le cas des grandes structures type mastodontes qui ont la faveur des politiques et des bureaucrates des ministères – à titre d'exemple la nouvelle COMUE de Lyon St Etienne avec 140 000 étudiants. Et tout cela pour essayer de monter dans le classement de Shanghaï !

Sans coup férir, l'ESPCI se place dans les 300ème à ce classement, non loin de Polytechnique et en tête de toutes les Ecoles françaises pour les dépôts de brevets.

 

Et c'est heureux que la Ville de Paris dont dépend l'ESPCI ait décidé enfin de réhabiliter et agrandir l'Ecole toujours située sur la Montagne Sainte Geneviève en investissant 176
millions € d'ici à 2022.

 

La rentrée 2015 à l'ESPCI

 

Et une dernière nouvelle, un très bonne nouvelle nous arrive de l'ESPCI : à la rentrée 2015, il y a stricte parité entre les nouveaux élèves ingénieurs, 45 filles et 45 garçons. A noter que 30 filles sur 45 viennent des prépas Physique-Chimie.

 

L'ESPCI : un modèle pour les autres Ecoles d'ingénieurs

 

On peut se demander pourquoi le modèle de l'ESPCI n'inspire pas plus d'autres Ecoles. On constate que les Ecoles des Mines sont aussi très performantes pour ce qui est de la recherche partenariale avec l'industrie et quelques autres comme l'Ecole Centrale de Lyon, qui a su développer un laboratoire de renommée mondiale : le LTDS (tribologie - science des contacts et des frottements, et dynamique des systèmes) qui collabore à une grande échelle avec l'industrie.

Clairement, l'ESPCI est un modèle en termes de formation à l'innovation et à la créativité et de relations enseignement-recherche-industrie.

C'est ce dont nous avons besoin pour redynamiser notre industrie, qui a tant perdu dans les 10 dernières années. Aux dernières nouvelles, l'industrie ne constitue plus que 11% du PIB français contre 27% en Allemagne. Et quand on sait que l'industrie est un facteur qui entraîne toute l'économie, les services, l'immobilier, les exportations ...

 

L'ESPCI n'accueille que 90 étudiants par promotion, dont la majorité poursuit ensuite une thèse de doctorat.

A l'opposé, des Ecoles comme Centrale Paris qui a fusionné avec Supelec (1000 élèves par promotion) pratiquent la course à la taille : pour quelle stratégie ? Former des ingénieurs qui vont aller dans les services, la distribution, la finance, les assurances, des ingénieurs qui très vite ambitionnent de devenir managers, loin de la création de produits, loin de l'innovation technologique. J'estime que l'on déraille et c'est grave car l'enseignement supérieur d'aujourd'hui c'est l'élite de la France de demain.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Points de vue
commenter cet article

commentaires

Bruno 15/01/2016 12:44

Bonjour !
Je n’avais jamais entendu parler de la vitrimère. D’après ce que j’ai pu lire dans votre article, il me semble que c’est un matériau révolutionnaire !