Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 20:26

La loi Macron autorisant les liaisons longue distance en car n'a pas encore été votée que déjà des acteurs de poids multiplient les annonces. Ces acteurs : Isilines, Megabus et Flixbus possèdent déjà des positions solides dans d'autres pays d'Europe où ce mode de transport s'est développé depuis plusieurs années. On a manifestement affaire à des campagnes de communication de leur part, pour faire connaître leur nouvelle offre avant l'été, et en quelque sorte préempter le marché qui va émerger, espérant bénéficier d'une forte demande à l'époque des vacances. L'offre actuelle de ces opérateurs se connecte sur leurs liaisons internationales qui demeurent les seules légales à ce jour. Mais ils se positionnent dès maintenant pour amorcer un réseau français étendu dès que la loi sera promulguée.

 

Isilines est une nouvelle marque créée par Transdev (filiale de Veolia Environnement et de la Caisse des Dépôts) pour le marché français. Transdev participe déjà avec 28 autres compagnies de car au réseau Eurolines créé en 1985 qui couvre 36 pays en Europe et transporte 5 millions de passagers chaque année.

 

Megabus est une filiale du groupe Stagecoach qui est leader (20% du marché) dans le transport par bus en Grande Bretagne et détient une part significative du marché dans l'est des Etats-Unis, transportant 15 millions de passagers par an. Megabus a une politique agressive de bas prix et propose déjà un tarif de 1 € pour lancer 10 destinations au départ de Lyon.

 

MeinFernbus Flixbus est une jeune entreprise issue de la fusion début 2015 de Flixbus et MeinFernbus toutes deux créées en 2011. Avec la libéralisation du marché allemand en 2013, elle se sont très vite développées transportant 3,3 millions de passagers en 2013 et 11 millions en 2014, d'abord en Allemagne, et maintenant en Italie, Scandinavie et bientôt en France. Comme Megabus, MeinFernbus Flixbus a une politique de prix agressive qui lui a permis de s'imposer rapidement face aux services de car de la Deutsche Bahn.

 

En face, idBUS créée en 2012 par la SNCF est bien silencieux et ne fait aucune annonce.

Son réseau est pour l'instant limité à une sorte de couloir allant d'Amsterdam et Londres descendant jusqu'à Barcelone et Gênes par Paris et la vallée du Rhône.

 

 

 

Groupe

Année de création

Passagers /an en 2014 (millions)

idBUS

SNCF

 

2012

< 1

Isilines

Transdev

2015

0

Eurolines

Transdev + 28 partenaires

1985

5

Megabus

Stagecoach

 

15

MeinFernbus Flixbus

 

2012

11

 

 

Des marchés différenciés en Europe

 

Deux marchés se distinguent particulièrement : l'Espagne avec 32 millions de passagers et la Grande Bretagne avec 30 millions. Ces marchés ont été libéralisés il y a longtemps (la Grande Bretagne en 1980), et le transport par car y est devenu mature, se développant en parallèle avec le train.

Le marché allemand qui a été libéralisé en 2013 a connu une croissance explosive : 4 millions de passagers en 2012, 8 en 2013 et 20 en 2014.

 

Que va t'il se passer en France après la libéralisation

 

apportée par la loi Macron ? On peut estimer que l'on démarre d'un niveau inférieur à celui du marché allemand en 2012. Le fait que deux poids lourds Megabus et MeinFernbus Flixbus, se positionnent pour prendre rapidement des places avec une politique agressive de prix, va surement stimuler la concurrence et permettre une croissance rapide, même en partant d'un niveau bas.

Les péages des autoroutes françaises (aucun péage en Allemagne) limiteront la baisse des prix face au rail mais des distances en moyenne plus longues qu'en Allemagne ou en Grande Bretagne diminueront l'impact des frais fixes. Un autre facteur qui peut freiner la croissance, est le confort limité des gares routières, pour certaines leur mauvais état ou encore leur emplacement moins favorable que celui des gares : ce sera aux collectivités locales d'investir pour les rénover.

 

Je doute qu'Isilines soit préparée à se battre sur les prix face à ces deux acteurs, si on se réfère à la stratégie menée par Eurolines avec seulement 5 millions de passagers après 30 ans d'activité ! Je suis prêt à parier qu'elle visera un maillage étendu du territoire français en évitant de casser les prix sur les lignes à gros volume.

 

Quant à idBUS, je n'en donne pas cher, il risque fort de subir le même sort que les services de car de la Deutsche Bahn. La SNCF n'a pas les ressources financières pour lancer une attaque et sans doute pas la volonté, d'autant plus qu'elle craint de cannibaliser le rail. Et contrairement au discours convenu que l'on entend dans les media, ce n'est pas le covoiturage qui va être pénalisé mais plutôt le train et notamment les Intercités. En effet, le service apporté par les cars est beaucoup plus proche des trains que du covoiturage, la seule différence importante étant une durée plus longue des trajets. En fait, les cars en service sur les longues distances peuvent se targuer d'offrir un bien meilleur confort que les trains, surtout ceux qui roulent depuis 30 ans !

 

Sur les Intercités, espérons que la recommandation du récent rapport parlementaire de mener des expérimentations avec d'autres opérateurs avant l'ouverture à la concurrence prévue pour 2019, va être suivie d'effet !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires