Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 19:16

Un rapport "Transition par l’innovation" (TTI) vient d'être remis par l'ONG R20-Régions pour le climat au secrétaire général de l'ONU en vue de la conférence COP21 (Conference Of the Parties) - Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris - du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Ce rapport résulte d'une étude lancée au sommet du R201 à Paris en 2014. Cette étude a été pilotée par le "think-tank" de l’Observatoire du Long Terme associé au cabinet de conseil Corporate Value Associates (CVA).

 

Selon les conclusions optimistes de ce rapport, les émissions de gaz à effet de serre (GES) peuvent être réduites à un coût inférieur aux estimations antérieures, grâce à des innovations qui sont encore insuffisamment développées ; qu'au surplus, ces innovations auraient un impact positif ou neutre sur les coûts et le pouvoir d'achat. Ces innovations sont appelées "innovations vertes abordables" (affordable green innovations AGI).

 

L'équipe responsable de l'étude, s'est adressée à des experts et à des spécialistes en innovation au sein de plus de 40 entreprises dans une grande diversité de domaines : de la production d'énergie au monde des transports, de l'industrie à la construction, de l'agriculture à l'économie circulaire et y compris la finance.

 

Il en ressort un tableau de 40 AGI ayant le meilleur potentiel de réduction d'émissions à un coût abordable d'ici 2020. Ces solutions ont été mises en perspective avec les émissions des 25 dernières années et ce qu'elles devraient être d'ici 2050 dans l'hypothèse d'un réchauffement global limité à 2ºC.

Les émissions sont passées de 37 Gt d'équivalent CO2/an en 1990, à 45 en 2005 et 50 en 2010.

En 2010, la Chine, les Etats Unis et l'Europe ont été responsables d'environ 50% des émissions globales (respectivement 11, 7 et 5 Gt). L'objectif de 2ºC serait rempli si les émissions étaient réduites à 44 Gt/an en 2020, 40 en 2030 et 30 en 2050. Il faudrait donc que l'ensemble des pays se mettent d'accord sur une réduction de 6 Gt d'ici 2020, plus 4 Gt d'ici 2030 et encore 10 Gt d'ici 2050. (données de l'Emission Gap Report - UNEP 2013).

Il est noté que, si tous les engagements de réduction des pays étaient remplis, les émissions atteindraient 52 Gt en 2020, mais, avec les réalisations actuelles, elles atteindraient 58 Gt/an, nous sommes donc loin de 44 Gt/an !

 

Une réduction de 2 Gt/an grâce aux AGI identifiées

 

Les auteurs du rapport soutiennent que, jusqu'à maintenant, les engagements des différents pays ne prenaient pas en compte le potentiel de ces innovations et reposaient sur l'utilisation de technologies existantes.

 

On retiendra les 7 AGI ayant le plus fort potentiel, dans l'ordre décroissant de réduction d'émission de GES :

Mt/an

1- 550 : Comptage intelligent des consommations d'énergie et gestion massive des données "Big Data" ; réduction de pertes d'énergie dans les réseaux et meilleure gestion des consommations des ménages.

2- 500 : Automatisation de l'adaptation demande-production d'électricité ; suppression des installations thermiques de secours.

3- 324 : Optimisation du trafic ferroviaire "trip optimizer".

4- 300 : Mise en place de vitres intelligentes en verre électrochrome ayant la capacité de s'obscurcir et de s'éclaircir, remplaçant d'autres solutions d'isolation.

5- 115 : Remplacement des carburants traditionnels (diesel, essence) par le gaz naturel en transport terrestre et maritime.

6- 100 : Éoliennes à pales furtives utilisables sur de plus nombreux sites grâce à la réduction d'interférences avec l'environnement (émissions radar).

7- 100 : Plateforme de modélisation des projets d'urbanisme conduisant à une compréhension globale de leur impact sur les émissions de CO2 et la qualité de l'air et un meilleur planning des grandes métropoles.

 

Soit un total de 1,989 Gt/an !

 

Ces données sont encourageantes mais encore faut-il que les solutions sortent des laboratoires et soient mises en oeuvre à une grande échelle.

On constate en particulier que les technologies encouragées par les politiques ne sont pas toujours celles qui ont le plus fort potentiel. A titre d'exemple, la conversion des véhicules et navires au gaz naturel n'a pas la cote alors qu'elle est bien plus simple et moins couteuse que les voitures hybrides qui, elles bénéficient de bonus qui coutent chers à la collectivité.

On notera au passage que 1 million de véhicules à hydrogène réduisent les émissions de 3 Mt/an alors que le même nombre d'hybrides ne les réduisent que de 1,5 Mt/an.

 

J'encourage mes lecteurs à suivre les débats de la COP21 de Paris en décembre. Quel sort sera t'il donné à cet intéressant rapport et à ses recommandations ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Points de vue
commenter cet article

commentaires