Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 22:18

Le "crowdfunding" – le financement participatif via Internet, se porte bien en France : tel est le message que la presse vient de reprendre avec bonne volonté, suite à la récente publication par l'association Financement Participatif France des résultats du premier semestre 2014 des plate-formes de crowdfunding.

 

Une croissance exponentielle

 

Entre les premiers semestres 2013 et 2014, la collecte des fonds est en effet passée de 33 millions € à 66,4 millions €, répartie entre

- 37,4 millions pour les prêts à des entreprises ou des particuliers,

- 19,2 millions pour des dons avec ou sans contrepartie et

- 9,8 millions pour des levées de fonds par des entreprises.

 

Il est particulièrement intéressant de noter que les participants aux financements sont jeunes : 32% ont moins de 35 ans et 40% entre 35 et 49 ans, plus jeunes que les financeurs via les moyens traditionnels. C'est bien sûr en grande partie lié au fait que les sommes versées par chaque individu sont en moyenne de faibles montants.

 

La croissance des fonds collectés est effectivement exponentielle, passant de 7,9 millions € en 2011 et années antérieures, à 27 millions en 2012 et 78,3 en 2013. On peut estimer qu'en 2014, les fonds collectés en France seront d'environ 155 millions €.

 

L'évolution de la législation

 

Depuis l'automne 2013, le ministère des PME et de l'économie numérique (un des pôles de Bercy) s'est investi dans la définition d'un nouveau cadre sensé faciliter le crowdfunding. Les décrets d'application doivent sortir dans les jours qui viennent.

Les 2 principales mesures concernent :

- les prêts : par exception au monopole bancaire, les plate-formes pourront prêter jusqu'à un million € à un emprunteur, chaque internaute ne pouvant pas prêter plus de 1000 € par projet,

- pour les levées de fonds jusqu'à un million € : les plate-formes ne seront tenues qu'à fournir une information simplifiée aux souscripteurs.

Tous les acteurs espèrent que ce nouveau cadre permettra aux plate-formes de se développer et de devenir plus solides financièrement. Il semble en effet que le taux de mortalité des plate-formes a été jusqu'à maintenant très élevé (de l'ordre de 30% par an), faute d'atteindre un volume d'affaires et une rentabilité suffisants.

 

Ces mesures sont urgentes !

 

En fait, ce que les politiques et les media ne disent pas, est que la France a pris un retard considérable par rapport à plusieurs pays, notamment les Etats-Unis, le Canada, le Royaume Uni et les Pays-Bas.

Selon l'agence de conseil et de recherche spécialisée en crowdfunding, Massolution, en 2012, les fonds collectés ont été de 2,66 milliards $ dans le monde, dont 1,6 milliards en Amérique du Nord et 945 en Europe. La part de marché de la France était donc d'environ 1,3% !

Massolution prévoit pour 2013 un total de fonds collectés de l'ordre de 5,1 milliards $, la part de marché de la France aurait donc progressé à 2% environ !

 

Un indicateur significatif est le nombre de plate-formes de crowdfunding par pays que l'on peut obtenir sur le site crowdsourcing.org : 745 aux Etats-Unis, 134 au Royaume-Uni, 60 au Canada, 57 en Allemagne, 53 aux Pays-Bas et seulement 45 en France (comme en Espagne), avec un total de 2786 dans le monde. On constate que 1,6% des plate-formes sont situées en France, ce qui est cohérent avec l'estimation de part de marché.

 

Est-ce bien important que la France ait pris du retard ? On peut répondre par l'affirmative, pourquoi ?

Le crowdfunding permet en effet de réduire le coût des financements, d'en faciliter l'accès pour les entrepreneurs et d'élargir la base des financeurs. Les plate-formes sont des structures légères qui ont la capacité avec peu de frais, d'atteindre rapidement plusieurs milliers d'internautes et de les motiver pour financer simplement des projets très divers.

Grâce à ces atouts, le crowdfunding permet la réalisation de projets qui ne se seraient sans doute pas développés avec les moyens traditionnels.

Cela peut contribuer à quelques incréments supplémentaires de croissance économique qui seraient les bienvenus dans le climat actuel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires