Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 19:26

Récemment, s'est réuni à Paris, le 24è Global Women Summit avec la participation de 1240 dirigeantes des mondes politique, économique et civil, venues de 82 pays. Ce sommet s'est donné comme mission d'explorer les stratégies et les meilleures pratiques pour améliorer la situation économique des femmes dans le monde.

Cela témoigne d'une conviction que les femmes détiennent la clef pour initier les changements nécessaires en économie, en politique, sur les lieux de travail et au sein des communautés, permettant à l'économie globale de croître et aux sociétés de s'épanouir.

 

Le sommet devait notamment explorer comment les femmes entrepreneurs et chefs d'entreprise transforment le monde des affaires et redéfinissent un leadership global, créent des perspectives durables et pacifiques.

 

Et en France ?

 

Les organisatrices du sommet ont remarqué avec justesse certains éléments indiquant que les femmes jouent un rôle croissant dans les affaires dans la France d'aujourd'hui : 29% des administrateurs des 120 premières sociétés cotées – le SBF120, sont déjà des femmes, approchant l'objectif de 40% fixé par la loi pour 2017 ; et 50% des ministres du gouvernement actuel sont des femmes pour la première fois dans l'histoire et Paris vient d'élire son premier maire féminin !

A contrario, si l'on regarde le classement 2014 des 50 premières femmes dans les affaires établi par la revue Fortune, on ne trouve qu'une seule française à la 28è place : Patricia Barbizet ; et encore en tant que DG du holding Artemis qui contrôle Kering (ex PPR), on peut être certain que les vraies décisions sont prises par M. Pinault.

Quand Anne Lauvergeon dirigeait Areva, c'était bien aussi l'arbre qui cachait la forêt des dirigeants masculins. Actuellement, parmi les dirigeants des entreprises du CAC40, il n'y a aucune femme ! et sauf erreur, il n'y en a pas non plus dans les SBF 120.

 

Tout le battage médiatique et politique sur le quota des 40% de femmes aux Conseils d'administration des SBF120 premières sociétés est en partie une tromperie :

- il y a toujours peu de femmes dans les comités exécutifs (12% selon le ministère des droits de la femme et 10% seulement au CAC40),

- les vrais postes de décision (PDG, DG, présidents de conseil de surveillance) sont toujours tenus par des hommes dans les grands groupes.

 

C'est tout à l'honneur d'une Ecole comme Centrale Lyon, d'avoir des diplômées au directoire ou au COMEX d'Unibail Rodamco, Valeo et Renault ! Et l'on saluera la récente nomination de Linda Jackson à la direction de Citroën !

 

La situation est vraiment différente dans les groupes anglo saxons notamment américains, et tout particulièrement dans le domaine du numérique et du hi tech (Xerox, HP, Yahoo, IBM, Intel..) mais aussi dans les industries traditionnelles (General Motors, PepsiCo, Dupont, Lockheed Martin, Avon, Disney, Campbell, Wallmart, Johnson&Johnson) .

Et ce ne sont pas des accidents, par exemple chez HP, depuis quelques années, il y a alternance : Carly Fiorina PDG de 1999 à 2005, remplacée par Mark Hurd jusqu'en 2010, puis brièvement Leo Apotheker et maintenant Meg Whitman. On notera aussi dans le classement, la présence de nombreuses dirigeantes asiatiques et d'autres pays européens (Suède, Pays-Bas, Royaume Uni)

 

On peut s'interroger pourquoi ?

 

Il faut bien admettre qu'il y a encore un long chemin à parcourir en France ; les blocages, les mini crises, les difficultés pour trouver des accords vraiment innovants et fondateurs dont on parle à tout va en France, ne seraient-ils pas dus en grande partie au fait qu'il y a toujours pour une large part une monoculture masculine dans de nombreuses hiérarchies. Cette monoculture est, il me semble, à la fois un frein à l'avancement des femmes vers des postes opérationnels de haut niveau et un frein à l'avancement des vraies réformes et des vrais changements dont nous avons certainement besoin pour sortir du marasme actuel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires