Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 22:25

Alors que l'économie du partage appelée aussi "collaborative", soulève un large enthousiasme des deux côtés de l'Atlantique, que sa forte croissance est nourrie par la création de nombreuses jeunes entreprises, des voix s'élèvent curieusement dénonçant des dérives possibles et réclamant des régulations.

 

Qu'est-ce que l'économie du partage ?

 

L'avènement de la technologie du web 2.0 a permis la création et l'essor de plate-formes Internet d'échange, de prêt, de location et de don. De plus, les coûts de développement des sites Internet étant à la baisse, de jeunes entrepreneurs dynamiques et imaginatifs peuvent maintenant se concentrer sur la qualité de l'exécution des services offerts par ces plate-formes. Les meilleurs acquièrent rapidement une solide réputation sur le web, et une croissance échevelée s'ensuit grâce aux connexions via les réseaux sociaux.

Selon la spécialiste américaine Rachel Botsman, le marché de l'économie du partage dépasserait aujourd’hui les 26 milliards $.

En fait l'économie du partage existe depuis longtemps avec par exemple, la location de particulier à particulier, le prêt d'outils et de meubles entre amis et voisins, le financement de projets par la famille et les proches – le fameux love money.

Avec les nouvelles technologies du web, la capacité de mise en relation croit de manière exponentielle et les plate-formes de partage qui se mettent en place, bénéficient rapidement d'un effet de volume sans commune mesure avec les partages du passé, ce qui leur permet d'offrir de nouveaux services ce qui rend le partage plus fiable et bien plus efficace.

 

L'économie du partage se situe notamment dans les domaines du :

- co-usage dans le logement (airbnb, sejourning), la mobilité (drivy, monsieur parking, blablacar, uber, lyft), les outils et toutes sortes d'objet (zilok, la machine du voisin, sharewizz);

- co-habitation dans le logement (couchsurfing, cookening), le coup de main (l'accorderie, comment reparer.com, task rabbit), le voisinage (peuplade, voisin-age)

- troc (gchangetout)

- co-élaboration : financement (ulule, kickstarter, kisskissbankbank), soutien de projets (dreamshake, bluebees)

 

Une croissance explosive : airbnb

 

Fondée en 2008 à San Francisco, airbnb permet de réserver et de louer des logements dans plus de 34 000 villes et 192 pays. Selon le site, 11 millions de voyageurs ont utilisé le service depuis 2008, dans un des 600 000 logements proposés à la location. Ses ventes – essentiellement des commissions de 6 à 12% sur les locations, s'élèveraient déjà à plus de 1 milliard $.

 

Quels sont les risques ?

 

Des esprits critiques craignent que

- les plate-formes leaders comme airbnb – et l'on sait que sur Internet, le numéro un a un avantage considérable sur ses suivants, deviennent incontournables et imposent leurs conditions tant aux utilisateurs qu'aux travailleurs indépendants qui fournissent des services par leur intermédiaire,

- n'importe quelle activité puisse être exercée par toute personne compétente ou non, à des tarifs bas, mettant en péril les professionnels.

 

Ces craintes sont-elles fondées ?

 

Dans le domaine de l'Internet, l'innovation est permanente, les développements sont à la portée du grand nombre et il n'y a pas vraiment de frontières : tout concourt en fait à une grande mobilité des positions de marché. De nouveaux acteurs émergent tous les jours et ceux qui sont établis peuvent perdre leur place de leader en quelques mois. En fait, les leaders comme Google, Facebook, et dans l'économie du partage : Airbnb, Uber, Blablacar redoublent d'investissements pour conserver leur avance, améliorer leurs services et préserver leur image. Sur le web, des clients ou des fournisseurs mécontents peuvent détruire rapidement une réputation. Le risque d'abus de la part des leaders parait donc bien faible.

 

Sur la question de la concurrence entre "amateurs" et professionnels, on peut considérer qu'elle se situe surtout au niveau fiscal et social, les amateurs pouvant échapper au paiement des charges fiscales et sociales qui incombent aux professionnels. Dans ce contexte, le statut français de l'auto entrepreneur est remarquable en ce qu'il a en quelque sorte devancé l'émergence de l'économie du partage et constitue une solution de compromis minimisant le travail noir sans trop pénaliser les professionnels. On constate qu'il subit périodiquement de la part des lobbies, des assauts susceptibles de déséquilibrer le compromis.

 

Finalement, avec l'économie du partage, on observe l'avènement de nouvelles formes de service qui d'une part concurrencent les formes existantes et d'autre part contribuent à rendre l'économie plus durable. Les services existants doivent innover et s'améliorer pour survivre, les moins bons risquant fort de disparaître – c'est la destruction créatrice chère à Schumpeter et si peu prisée par de nombreux lobbies. Les produits et les biens sont mieux utilisés par un plus grand nombre : l'économie du partage, c'est une brique importante apportée au développement durable que beaucoup appellent de leurs voeux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Gargaillou - dans Entreprises
commenter cet article

commentaires